Communiqué de presse

ZeroWaste Switzerland lance sa campagne de communication: Le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas!

Cottens, 12 janvier 2016

Les Faits En Suisse, on compte, par année et par habitant, 730 kg de déchets au total, dont 339 kg sont non valorisables.

Près de la moitié de nos déchets finissent donc à l’incinérateur (selon les données de 2014 de l’Office fédéral de l’environnement), alors que l’autre moitié est triée, puis recyclée.*

Le traitement des déchets produit des polluants atmosphériques et est coûteux pour la collectivité.

L’association ZeroWaste Switzerland est née de la rencontre entre Natalie, Julie et Janine, toutes trois sensibilisées au zéro déchet, notamment suite à la découverte du mode de vie ZeroWaste.

Depuis plusieurs années, nous nous questionnions sur les méthodes de consommation de notre société et cherchions un moyen de sensibiliser la population suisse dans son ensemble à la problématique des déchets. En voyant nos poubelles déborder et la naissance du mouvement zéro déchet dans le monde, nous avons alors eu l’idée de joindre nos forces et de créer l’association ZeroWaste Switzerland.

L’association souhaite sensibiliser, responsabiliser et accompagner la population dans la réduction durable de ses déchets par des actions concrètes:

  • Proposer des conférences et des ateliers thématiques pour faire connaître les possibilités du zéro déchet et le principe des 5 R (lire ci-dessous)
  • Soutenir la transition vers un mode de vie sans déchet et une consommation intelligente
  • Partager les expériences en motivant le changement des habitudes de consommation
  • Favoriser l’engagement actif et l’entraide des acteurs concernés (producteurs, associations, entreprises, commerçants, responsables d’établissement, citoyens)
  • Soutenir la construction d’un réseau vrac en Suisse

Renseignements sur www.zerowasteswitzerland.ch

Contact : Natalie Bino, 078 619 16 17 – e-mail: info@zerowasteswitzerland.ch

Le principe des 5 R a été développé par Béa Johnson du blog Zero Waste Home et vient des expressions anglaises suivantes:

 

Refuse = refuser le superflu; du prospectus publicitaire aux échantillons gratuits, les tickets de caisse, les sacs en plastique et les gobelets à usage unique.

Reduce = réduire le nécessaire et privilégier la qualité à la quantité. Quelques pistes de réflexion: réduire l’utilisation de la voiture, réduire le nombre d’emballages lors de l’achat alimentaire, réduire le nombre d’emails à imprimer, etc.

Reuse = réutiliser en remplaçant tout ce qui est jetable par une alternative réutilisable et en achetant d’occasion et prolonger la durée de vie de nos objets (contenants et ustensiles) en les réutilisant et en les choisissant dans des matériaux durables (le verre, le tissu, le métal).

Recycle = recycler ce qu’on ne peut ni refuser, ni réduire, ni réutiliser. Le recyclage ne correspond pas au but premier du zéro déchet, c’est une des dernières étapes lorsqu’on a déjà tout tenté pour éviter un déchet. Le recyclage n’est pas la solution idéale à la crise environnementale.

Rot = composter le reste. On peut composter les épluchures de fruits et légumes, les restes de repas, et tout autre déchet organique comme des cheveux, ongles et de la poussière.

*Le taux de recyclage a doublé au cours des 20 dernières années. Aujourd’hui, plus de la moitié des déchets urbains sont déjà collectés séparément. Cette forte hausse est notamment liée à l’introduction de la taxe au sac dans les années 1990. Cette taxe a permis de créer une incitation financière pour la collecte séparée. En parallèle, un plus grand nombre de centres de collecte facilement accessibles a été aménagé. Même si le potentiel des collectes séparées en Suisse pourrait encore être optimisé dans certains domaines, il est dans l’ensemble très élevé. Le développement réjouissant dans le domaine du recyclage ne doit cependant pas faire oublier que la solution la plus économe en énergie et en ressources reste la réduction des quantités de déchet (source OFEV).