La magie du bicarbonate de soude s’installe à Bâle

En février 2018, la reine d’Angleterre a déclaré la guerre au plastique. En bannissant les pailles en plastique et les bouteilles des cuisines et des cafés des domaines royaux de l’Angleterre, elle espère ralentir les effets dévastateurs que la demande humaine pour le plastique a sur notre environnement. Alors que les scientifiques prédisent que d’ici l’an 2050, il y aura plus de plastique que de poissons dans l’océan, il n’est pas surprenant que la reine se soit jointe au mouvement vert. Cependant, elle n’est pas la seule à faire des efforts pour diminuer les dégâts, comme l’a montré le succès du premier atelier Zéro Déchet de 2018 à Bâle.

Environ vingt personnes se sont réunies la semaine dernière pour découvrir la magie du bicarbonate de soude. Il permet de réduire la quantité de plastique que nous utilisons, ainsi que les produits chimiques que nos corps assimilent quotidiennement sans que nous ne nous en rendions compte, et qui continuent ensuite leur chemin dans les égouts pour finalement s’accumuler dans l’océan. Pendant plus de cent ans, le bicarbonate de soude a fait lever des gâteaux, débouché des tuyaux et même soulagé les douleurs d’estomac. En mélangeant cette poudre magique avec une poignée d’autres ingrédients, nous avons réussi à préparer du dentifrice, du déodorant et du nettoyant pour le four, réduisant ainsi l’utilisation de produits à utilisation unique, presque toujours emballés dans du plastique. Cela permet non seulement de protéger la nature, mais aussi de rendre nos placards plus ordrés et de faire des économies sur les produits ménagers.

Certaines personnes ont montré une réticence à l’idée de mettre du bicarbonate de soude sur leur brosse à dent. Mais qu’en est-il du triclosan et de ses effets sur la santé ? Cet ingrédient, présent dans les dentifrices industriels, est considéré comme un pesticide par l’agence américaine pour la protection de l’environnement. Pourtant, il continue à être généreusement brossé sur les dents des petits et des grands. Est-ce que cela vous donne envie ? Dans le même ordre d’idée, souhaitons-nous vraiment continuer à étaler des produits chimiques sur notre peau, alors qu’il est prouvé qu’ils perturbent l’équilibre hormonal, causent le cancer du sein et de la prostate ? Si vous ne le souhaitez pas, essayez alors les recettes faites maison, et trouvez le produit naturel qui vous convient le mieux.

Les participants de l’atelier, qui a eu lieu à l’épicerie bâloise Abfüllerei (lieu de prédilection pour trouver du bicarbonate de soude sans emballage), ont pris connaissance de ses qualités de détachant universel, de ses propriétés antibactériennes et de son pouvoir contre la mauvaise haleine. Beaucoup ont été surpris par la simplicité des recettes, d’autant plus que les produits utilisés étaient, pour la plupart, déjà dans leurs placards. Les participants sont repartis très motivés à continuer la démarche de faire ces recettes à la maison, et même de trouver d’autres produits à fabriquer de leurs propres mains. Pour certains, cet atelier était l’élément déclencheur pour se lancer dans la réalisation de ces produits. « L’atelier était très pratique. Je peux ramener ces produits à la maison et je sais exactement où trouver les ingrédients pour les refaire seule. » Vous pouvez tester par vous-même les recettes de Zero Waste Basel (sur leur page Facebook), ou consulter nos guides Zéro Déchet en ligne.

Prenez part à la discussion, trouvez des réponses à vos questions et rejoignez-nous (ainsi que la Reine) dans le mouvement zéro déchet en visitant les pages Facebook de Zero Waste Basel et Zero Waste Switzerland, et venez nous rencontrer à l’un de nos prochains événements. Nous serons heureux de vous y accueillir !

Texte : Samina Ahmed, de Zero Waste Basel
Photo : Catarina Sinde, de Zero Waste Basel