Plateformes de prêts ou services entre particuliers

On prête, on échange, on partage et surtout, on se simplifie la vie !

Le mode de vie zéro déchet encourage la réutilisation des objets et leur réparation au lieu de jeter ceux qui ne fonctionnent plus. Une nouvelle plateforme de type collaboratif a vu le jour en mars dernier sur la toile : Popnfix.

Christelle Giraud a récemment mis en place ce réseau qui permet de trouver de l’aide pour des tâches liées au bricolage, au jardinage ou à la réparation. La plateforme donne également la possibilité de vider ses placards en offrant une deuxième vie à ses objets, en les vendant ou en les donnant. Son idée est partie d’un constat simple :

“Nous achetons, nous consommons et nous jetons trop rapidement alors que souvent, un simple geste suffirait pour redonner vie à un objet.”

Pour faciliter les échanges et aider les usagers à trouver la personne, l’objet ou le coup de main le plus proche, Popnfix est doté d’un outil de géolocalisation.

Ce type de réseau permet non seulement de limiter les déchets, mais redynamise aussi les relations sociales, promeut un mode de consommation responsable et encourage l’économie locale.

Voici donc une bonne alternative au jetable et une bonne manière d’embrasser un mode de vie plus minimaliste. Plus besoin de posséder ses propres outils, on les partage avec le savoir faire de ses voisins plus ou moins éloignés et on en profite même pour partager un moment et discuter avec eux !

Website: www.popnfix.ch

Blog : https://popnfixblog.wordpress.com/

Facebook: https://www.facebook.com/popnfix/

Linkedin: https://www.linkedin.com/company/popnfix-s%C3%A0rl?trk=biz-companies-cym

Dans la même trempe, mais sans paiements, on aime l’idée des stickers à apposer sur sa boîte aux lettres afin d’annoncer à nos voisins quels objets ils peuvent venir nous emprunter. Le site www.pumpipumpe.ch propose un sticker pour chaque objet et aide ainsi à briser la glace entre voisins en favorisant les bonnes relations ! Un mot d’ordre pour cette initiative : le partage. En effet, cette association a but non lucratif essaie de favoriser les échanges et prêts gratuits et tente de dissuader la « location » payante d’objets.

Pour faciliter la recherche d’objets, une carte en ligne la Pumpipumpe Map! a récemment été développée.

Website: www.pumpipumpe.ch

Facebook: https://www.facebook.com/Pumpipumpe

Une autre initiative contribuant à la réutilisation, Keepinuse.ch se positionne comme le site romand des petites annonces pour chercher et/ou donner gratuitement des objets. Depuis sa création en 2013, ce site sans buts lucratifs ni vocation commerciale a déjà permis plus de 3000 échanges d’objets. Autant d’objets sauvés d’une fin précoce à l’incinérateur ou à la déchetterie, et n’ayant pas été achetés neufs par leur nouveau propriétaire !

Échanger, troquer, emprunter et partager, le concept de l’économie du partage n’est pas vraiment nouveau : les SEL (Systèmes d’Echange Locaux) sont nés au Canada dans les années 1980. Arrivés dans notre pays en 1997, la Suisse romande compte actuellement 22 SEL. Le principe des SEL est l’échange de services, de savoirs ou de biens entre les membres d’un réseau, à l’aide d’une monnaie virtuelle basée sur le temps et inconvertible en argent.

Quelques exemples d’échanges possibles dans la philosophie du zéro déchet :

  • Réparation d’une chaise cassée ou retouche d’un pantalon
  • Prêt d’un appareil à raclette ou d’une paire de raquettes à neige
  • Atelier de fabrication de savon liquide à partir de produits naturels et en vrac
  • « Acquisition » (en monnaie locale) de lessive liquide fabriquée par un autre membre (possibilité de la prendre dans son propre contenant !)
  • Découverte d’une nouvelle activité en famille : visite d’une ferme biologique avec nuitée sur la paille
  • Conseils pour la fabrication d’un composteur pour le jardin (ou d’un lombricomposteur pour la cuisine ou le balcon).

D’autres sites :

www.e-syrent.ch : location d’objets entre particuliers

www.echanger.ch : pour échanger, prêter ou donner des biens et des services

ZeroWaste Switzerland ne peut qu’encourager ces démarches qui favorisent la réutilisation des objets, empêchent d’avoir à acheter des produits neufs pour ne les utiliser que très rarement (on pense à l’exemple typique de la perceuse !) et encouragent les gens à retrouver des valeurs simples, basées sur l’échange, la gratuité, la collaboration, la sympathie.

A vot’ bon cœur !